À PARTIR DE 40 ANS, LE MÉTABOLISME FÉMININ CHANGE – MALHEUREUSEMENT …

Tôt ou tard, les choses se ralentissent

À 40 ans, tu es dans la fleur de l’âge. La plupart des femmes ont une famille, tu as fait carrière et tout d’un coup, tu jouis davantage de libertés parce que les enfants ont grandi. Tu te sens bien, tu as acquis une vaste expérience et tu es pleine de confiance en toi. Mais soudain, tu remarques de petits changements : ton corps s’altère, tu prends du poids bien que tes habitudes alimentaires soient toujours les mêmes. C’est surtout au niveau des hanches que s’installent très vite de petits bourrelets. Certaines femmes ont plus de mal à s’endormir où se réveillent la nuit. Les voilà, les signes précurseurs typiques de la ménopause. Les unes en souffrent beaucoup, les autres en sont moins concernées. Quoi qu’il en soit, la raison est évidente : ton métabolisme commence à se transformer.

Tu peux influer sur ton métabolisme

La bonne nouvelle est que tu peux bel et bien influer sur ton métabolisme. Tout d’abord, c’est un fait que le métabolisme de base diminue à partir de 40 ans, entraînant un ralentissement de nombreux processus corporels. Néanmoins, tu peux prendre toi-même des mesures et faire en sorte que l’équilibre énergétique soit maintenu. En effet, le bilan énergétique dépend du rapport masse musculaire-alimentation équilibrée. Peu importe que tu fasses du sport régulièrement ou pas – la part musculaire des femmes est inférieure pour des raisons génétiques. C’est peut-être difficile à accepter, mais c’est un fait indéniable. Or, les muscles contiennent un grand nombre de cellules qui brûlent de l’énergie. Tu peux donc combattre cette baisse du métabolisme de base en faisant de l’exercice sur une base régulière, te permettant d’augmenter la part musculaire ou, au moins, d’éviter que cette dernière ne diminue. Une alimentation ciblée peut elle aussi contribuer à stimuler le métabolisme : ce sont avant tout les aliments riches en protéines qui sont en mesure de maintenir et favoriser le capital musculaire.

Mise sur les protéines

Tu devrais veiller à une alimentation appropriée et ne pas dépasser tes besoins individuels en calories. Préfère donc les légumes et des aliments qui contiennent des protéines, par exemple le poisson ou la viande maigre. Par contre, il convient de limiter quelque peu la quantité des pâtes, du riz et des pommes de terre. En choisissant tes aliments avec soin, tu peux encourager certaines fonctions métaboliques de manière ciblée, notamment le métabolisme osseux, le système cardiovasculaire et les défenses immunitaires.

Ainsi, il existe un certain nombre de substances nutritives qui puissent avoir un effet positif :

  • en matière de l’équilibre énergétique et de la performance : les vitamines B1, B2, B6, B12, le folate (acide folique)
  • en matière du système immunitaire et de la protection cellulaire : les vitamines D, E et C
  • en matière du métabolisme osseux et musculaire : les vitamines D, C ; le calcium
  • en matière du système cardiovasculaire : les acides DHA/EPA ainsi que la vitamine B1

Face à notre mode de vie occupé (travail, famille etc.), suivre une alimentation saine n’est évidemment pas toujours facile. Par conséquent, nous avons tendance à recourir à la restauration rapide plutôt que de préparer un repas équilibré. Si cela t’arrive, veille tout de même à la qualité des produits et essaie d’assurer un apport ciblé d’éléments nutritifs importants pour que l’activité du métabolisme soit maintenue.

POURQUOI LA VITAMINE D EST-ELLE SI IMPORTANTE POUR NOTRE ORGANISME ?

La véritable star des vitamines est la vitamine D, la vitamine du soleil. Elle est notamment

Art. 68 | 19.55 Fr.
(38.33 Fr. | 100 g)
À la boutique
Art. 439 | 29.95 Fr.
(73.05 Fr. | 100 g)
À la boutique

LES FEMMES DANS LA FLEUR DE L’ÂGE : DYNAMIQUES ET EN PLEINE FORME

laissez un commentaire